PSG: des maillots floqués façon "street art" pour célébrer le titre

Ajustar Comentario Impresión

La passation de pouvoir a été douloureuse pour Monaco dimanche soir au Parc des Princes.

Deux coupes, l'une de France, l'autre de la Ligue, mais un championnat de Ligue 1 perdu face à Monaco et une défaite concédée au Barça en C1: le sport et ses performances expliquent forcément le résultat financier moindre, à l'issue de la saison 2016-2017 du PSG.

Cette démonstration est à l'image du parcours des joueurs de l'entraîneur Unai Emery sur la scène nationale.

Il s'est articulé autour d'un rassemblement de solistes, prêts à faire la différence dans leur coin pour améliorer leurs statistiques et attirer un peu de lumière à eux dans un univers où leurs coéquipiers sont la principale source de concurrence médiatique.

Au Parc des princes, il n'y eut toutefois ni liesse ni électricité dans l'air. Au poste d'arrière droit, il va falloir gérer le cas de THOMAS MEUNIER qui ne devrait pas se contenter éternellement de jouer les doublures de luxe. Et pour célébrer ce 7 sacre, le club a demandé au street-artiste Kongo de retravailler le flocage des maillots de cette saison.

La consigne semble avoir été respectée à la lettre dans la mesure où, malgré le déluge de buts en première période, le public du Parc n'a guère vibré ni chanté. On est chez nous! "On vibre, mais le championnat est une formalité". Le club parisien gagne son cinquième titre depuis l'arrivée des Qataris. Toujours deuxièmes, les Monégasques ont subi une humiliation hier soir, dont les internautes supporters parisiens se sont évidemment délectées. Il faut remonter au 25 mai 1974 pour retrouver la trace d'une telle débâcle pour le club de la Principauté. L'attaquant de 22 ans confirme son excellente forme du moment, ponctuée par une série impressionnante de 7 matchs d'affilée en L1 avec au moins un but. Image un zeste trompeuse, en parfait décalage avec l'ambiance pesante de la soirée. Dans le 16e arrondissement de Paris, le Collectif est donc contraint de manifester son mécontentement à l'entrée de la rue. Il n'est pas prévu que les joueurs portent ce maillot.